pléonasme, périssologie


               « Fermer les maisons closes, c’est plus qu’un crime, c’est un pléonasme. » Arletty


Alors que le pléonasme est une figure de style, la périssologie est une faute, excepté lorsqu’elle est utilisée dans le but d’obtenir un effet comique.

 Coup d’œil sur leur définition (source : dictionnaire de l’académie française).   

Pléonasme :  Emprunté, par l’intermédiaire du latin pleonasmus, du grec pleonasmos, « surabondance, exagération », lui-même dérivé de pleôn, comparatif de polus, « nombreux ». Figure par laquelle on renforce volontairement le discours par l’addition de mots de même sens. « Je l’ai vu de mes yeux » et « je l’ai entendu de mes propres oreilles » sont des pléonasmes admis et fort usités. 

Périssologie : Emprunté du grec perissologia, de même sens, lui-même composé à l’aide de perissos, « qui dépasse la mesure », et logos, « discours ». Emploi abusif du pléonasme, ajout de termes redondants à une phrase ou à un membre de phrase. « Prévoir d’avance », « monter en haut », « sortir dehors » constituent des périssologies. 

À noter que le contraire du pléonasme est l’oxymore, qui fera l’objet d’un autre article.


Le « Je l’ai vu, dis-je, vu, de mes propres yeux vu » (Tartuffe de Molière) est un pléonasme que l’on pourrait qualifier de licite. Il relève de la figure de style, alors que le terme adéquat pour tout ce que nous nommons « pléonasme » dans le langage courant n’est, bien souvent, que périssologie. Mais ne soyons pas tatillons et… passons aux exemples !    

Il faudrait des pages et des pages pour tous les citer ! Même les plus courants sont trop nombreux. Alors en voici quelques-uns, juste pour rire... 

Au jour d’aujourd’hui : aujourd’hui est lui-même un pléonasme, « hui » signifiant « ce jour ». Alors pas la peine d’en rajouter !

 Actuellement en cours, à partir de dorénavant, ajourner à plus tard ou différer à une date ultérieure… et bien d’autres : ces expressions que l’on entend au détour d’un couloir ou aux abords de la machine à café, ou pire, que l’on retrouve dans des mails ou des notes ! 

Avéré : Avéré vrai (PLÉONASME), avéré faux (CONTRESENS). Cet adjectif signifie : reconnu vrai, établi comme sûr et certain. C’est un fait avéré. Il vaut mieux remplacer avéré par révélé : cette histoire s’est révélée fausse ou au contraire cette histoire est avérée.     

Apparence extérieure : l’apparence désigne ce qui est extérieur. N’essayez même pas apparence intérieure, ce serait un contresens !      

Monter en haut, descendre en bas, *allumer la lumière : je ne m’étale pas… à part dans les escaliers si je n’allume pas !

 *Oui, on peut dire :  allumer le feu, une cigarette, une bougie, une lampe, une passion, et même se faire allumer ! Mais la racine lumen veut déjà dire lumière et allumare signifie  rajouter une source de lumière (ce qui autrefois consistait à enflammer une torche par exemple). C'est donc bien un pléonasme que d'allumer la lumière. Et pendant qu'on y est, on n'allume pas l'eau ! On ouvre le robinet, on fait couler l'eau, on peut même ouvrir l'eau...

Mal fagoté (et je rajoute) avec de vieilles hardes : Alors là c’est le… (comment on dit à Toulouse déjà ?) ah oui ! …le pompon sur la Garonne ! Parce que fagoté, cela veut dire mal habillé, habillé avec mauvais goût, et hardes signifie vêtements usagés voire misérables ! 

Je vous laisse vous amuser à les répertorier, vous verrez ils sont pléthores.

Et... Ce n’est pas parce qu’un petit nain coiffé d’une fausse perruque a le monopole exclusif de la panacée universelle, qu’il ne serait pas bon de se réunir tous ensemble en vue d'établir un consensus commun afin de prévoir à l’avance les consignes strictes à appliquer.


Avant de nous quitter, voici quelques citations :

 « Folie amoureuse ! Quel pléonasme ! L’amour n’est-il pas une folie ? ». Rêve d’une nuit d’été, Heinrich Heine   

« Un Anglais triste est un pléonasme. ». Frédéric Dard   

« Je suis presque certain que le fondateur d’Ikea devait être un Suédois dépressif (on frôle le pléonasme), sans vie affective, et qu’il a trouvé le moyen d’anéantir celle des autres. ». Nos séparations, David Foenkinos   

« Paradis artificiels. C’est un pléonasme. » Traité du style. Louis Aragon   

« Un mort-vivant est un oxymore, alors qu’un occis mort est un pléonasme. » citation de Sandrine Filassier